AVIS MANGA : LES 7 NINJAS D’EFU – TOME 1 & 2

Date de sortie : 06 Aout 2019 – Edition : Meian– Prix : 6.95€

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Synopsis :

Kakugo est un jeune barbare de la vallée Hagakure. Kaizô et Iori sont deux opposants de Ieyasu Tokugawa, le nouveau commandant suprême. Alors qu’ils fuient sa milice pour se cacher dans la vallée, le village de Kakugo les recueille et leur propose de quoi survivre. La milice finit par les retrouver, ce qui cause la mort de Kakugo. Comme 6 autres personnes, à sa mort, il a la possibilité de revenir sur terre en devenant un ninja Onshin, doté d’une puissance phénoménale. Il devra, avec sa lame, se venger de ceux qui ont porté atteinte à sa vie. 

Cependant, sept guerriers de l’ombre font leur apparition. Ce sont les sept lames d’Efu, les Ninjas Onshin ! 

 

Ce n’est pas au coin du feu mais d’une piscine lisboete que j’écris cette review sur Les 7 ninjas d’Efu, la nouvelle licence Meian disponible en France depuis début août … et le jour de mon anniversaire. Si vous êtes habitué, et un peu psychopathe comme moi sur le rangement de votre mangathèque, sachez que l’édition et sa qualité est équivalente à celles de Kingdom ou Egregor. Il sera donc tout à fait esthétique de continuer votre rangée Meian avec cette série, et ça tombe bien car elle commence très très bien.

 

Ninjas, samouraïs et démons

Dans un Japon féodal, la ville d’Osaka brûle suite au conflit opposant deux clans rivaux : Toyotomi et Tokugawa. Déchus, les membres du clan Toyotomi n’ont d’autres choix que de fuir Osaka pour se réfugier aux 4 coins du Japon. Cependant, bien décidé à éradiquer complètement la lignée de son prédécesseur, Tokugawa forme une milice assoiffée de sang et de vengeance. Munis d’amulettes mystiques, ces monstres vont de village en village pour trancher les têtes de leurs anciens maîtres et souverains.

 

Fémininja

Dans une époque patriarcale, l’histoire possède malgré tout des personnages féminins charismatiques et dont l’importance et le rôle risque d’être prépondérant dans la suite de l’œuvre. Iori Hyodo, par exemple, est fille de samouraï et est bien décidée à honorer et venger sa famille en retournant à Osaka. Malheureusement, et sans un destin tragique pas de grande aventure, sa route sera semée d’embûches et ce assez rapidement 🙂

D’ailleurs, c’est une des qualités que je trouve à ce manga de Takayuki Yamaguchi, le rythme est rapide et le scénario concis. Pas de bla bla inutiles et barbants. L’auteur va au cœur des choses et l’action est immédiate. Il y a même un petit côté Game of Thrones dans le sens où certains personnages charismatiques et ultra puissants … meurent quelques secondes après leur apparition. Comme quoi, personne n’est protégée.

Personne ? Pas exactement. Même si je vous laisse le soin de découvrir cela par vous même, certains combattants parviendront à braver la mort et ressusciter sous la forme de démons surpuissants, aussi appelés les 7 ninjas d’Efu !

 

Note (/5)

Avec cette nouvelle série Meian s’attaque cette fois-ci au Japon féodal dans un style mêlant tradi et contemporain, avec un grand souci du détail et une grosse dose de mythologie. Si le lien s’avère inévitable, les 7 ninjas d’Efu est très différent de ce qu’on peut par exemple trouver dans un Kingdom et ses guerres de territoires.

J’ai par ailleurs beaucoup aimé la qualité du trait et le détail apporté aux combats. L’auteur n’a pas peur de montrer du sang et de la violence. Les têtes, nez et autres membres découpables volent dans une chorégraphie soignée et maîtrisée. Et, à aucun moment je me suis senti perdu ou largué pendant les combats.

Si le Japon féodal et le mysticisme lié à cette époque ne vous font pas peur et vous intéressent, alors les 7 Ninjas d’Efu devrait combler vos besoins d’hémoglobines quotidiens.

Partager l'article :