AVIS MANGA : JAGAAAN – TOME 3

L’avantage des vacances c’est qu’elles permettent de combler le retard accumulé sur les séries en cours de lecture. Vous savez ce que c’est … Voiture, Boulot, Bébé … la vie quotidienne fait que le temps manque souvent et même si j’essaye de tenir une actualité régulière, il est parfois difficile de tout lire et reviewer rapidement.

Je vais donc profiter de ces quelques jours de congés pour poster mes articles en mode rattrapage.

Commençons par Jagaaan et son tome 3, disponible depuis le 19 juin, toujours édité par Kaze, le manga de Muneyuki Kaneshiro et Kensuke Nishida continu d’être un de mes coups de cœur de cette année 2019. Après Fire Punch, je me demandais si Kaze Manga allait retrouver une série haletante du même acabit et Jagaaan s’en sort haut la main. La qualité des dessins étant même supérieurs, je le placerai au dessus de Fire Punch, que j’ai pourtant beaucoup aimé, même si quelques tomes manquaient un peu de rythme.

Shoot’em all

Avec ce tome 3, Jagaaan décentre son histoire en faisant un peu moins le focus sur Jagasaki, mais se concentre cette fois sur une bande de « héros », qui comme notre personnage principal, veulent débarrasser le monde des monstres créer par les crapadingues. Contrairement à Jagasaki, Hakuti Misogi, leader autoproclamé, et sa bande ne la jouent pas discrète et décident de passer au journal de la Anne Sophie Lapix locale pour annoncer qu’ils sont là pour casser du mutants.

Peu convaincu par leur motivation, Jagasaki se laisse finalement convaincre et rejoint leur mouvement. Parallèlement à cette ligue de justicier qui se monte, Belle et Jagasaki continuent de se tourner autour. Malgré le passé du héros et sa mutation, Belle reste persuadée qu’il est l’homme qu’il lui faut. Prête à tout pour avoir ses gênes ….

C’est un perfect pour ce troisième tome qui a mon goût permet de relancer l’intrigue en y amenant de nouveaux antagonistes. L’histoire d’amour naissante entre Jagasaki et Belle est aussi rafraîchissante sans pour autant tomber dans le gnangnan.

Enfin, je suis toujours autant fan des transformations des personnages, on parvient toujours à bien identifier de quelle partie de leur personnalité vient leur mutation et le tout donne un petit côté One Punch Man, qui, selon moi, puise sa force dans la puissance et la variété de son « bestiaire »

En bref, si vous n’avez pas encore commencé Jagaaan, je vous conseille de vous jeter dessus cet été.

Partager l'article :