FUSER : LA SOLUTION POUR LES DJ CONFINES

Il fut une époque pas si lointaine où les jeux musicaux étaient vraiment au sommet des ventes et des discussions, que ce soit à base de guitare, de platines, de djembés ou de tapis de danse, tous les genres étaient représentés. Parmi les grands noms de cette période il est possible de citer des licences comme Rockband, Guitar Hero, DJ Hero, Donkey Konga ou Dance Dance Revolution … Entre 2005 et 2010 cette industrie était donc au pic de sa popularité et depuis cette période, les studios de développement spécialisés dans ce segment ne reviennent que par intermittence avec par exemple des tentatives en VR peu glorieuses. Malgré ces échecs, le studio Harmonix tente sa chance en cette fin d’année 2020 avec la sortie de Fuser, une simulation de DJ sortie simultanément sur toutes les plateformes.

Que ceux qui ont joué à DJ Hero se rassurent … Le jeu prend moins de place … pas de platines a mixer ici, mais des éléments musicaux à combiner pour faire bouger la foule en délire. Si le gameplay est assez simple, vous possédez 4 slots sur lesquels vous pouvez mettre le rythme, les basses, la mélodie ou les chants des titres que vous voulez. Le tout est très bien pensé puisque les choix se callent automatiquement sur le même tempo est permet ainsi d’avoir une expérience très plaisante. C’est d’ailleurs la force du titre, peu importe les chansons que vous allez combiner, le rendu sera toujours agréable et dansant. Pour vous dire, j’ai même mixé du 50 Cent avec du Rick Astley … et ça marchait trop bien. En parlant de ces mix improbables, sachez que si vous êtes vraiment convaincu par votre création, il est possible de conserver ce freestyle et ainsi le combiner avec un prochain mix.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En parlant de mix, je trouve que c’est là qu’on retrouve tout l’intérêt et la force de Fuser. Contrairement aux jeux de rythme classiques où un pattern précis est demandé, ici vous êtes réellement libre de faire ce que vous voulez et de combiner les titres que vous voulez. Il faudra complaire la foule évidemment, et de temps en temps répondre à leur demande (un peu comme vous quand vous alliez demander au DJ de passer Les sardines au César Palace), mais la plupart du temps vous êtes totalement autonome sur le choix des disques que vous allez emmener avec vous et surtout de comment les combiner. C’est une vraie sensation de fraicheur que d’être libre sur ce type de jeu et la satisfaction quand un mix envoi du lourd est vraiment incroyable… Perso je me suis bien ambiancé tout seul dans mon salon sur le titre. Conseil au passage, jouez avec un casque pour profiter au max de la qualité du son.

https://i1.wp.com/generacionxbox.com/wp-content/uploads/2020/02/FUSER_-un-nuevo-y-revolucionario-juego-de-m%C3%BAsica-creado-por-Harmonix-que-llegar%C3%A1-a-PC-y-consolas-en-oto%C3%B1o-de-2020.-Google-Chrome-26_02_2020-18_33_18.jpg?w=595&ssl=1

L’autre point fort du titre réside dans sa bande originale qui regroupe une centaine de sons, mais loin d’avoir des bouches trous les titres sont vraiment très bons avec des hits récents comme plus anciens. Tout le monde devrait y trouver son compte et s’enjailler en paix.

 

D’ailleurs, c’est essentiellement ces deux aspects qui m’ont tenu en haleine pour finir ce titre car à l’instar de ses anciens titres, le mode histoire n’est pas très imaginatif et on retrouve des persos assez clichés. Mais bon, ce n’est pas vraiment pour cela qu’on joue à ce genre de jeu et je skip les cinématiques sans vergogne.

Si le gameplay donne l’impression d’être simpliste, le système de mix repose sur une mécanique beaucoup plus complète qu’elle n’en a l’air et les possibilités de combinaisons sont assez dingues. Comme je vous le disais on se prend rapidement au jeu et la sensation de créer son propre contenu est très satisfaisante. Cette facilité de mixer titres récents, anciens, d’époques divers et variés est vraiment plaisant, presque jouissif.

NB : Pour ceux qui joueront sur Switch en mode portable comme moi, il peut s’avérer difficile de lire certains textes par moment, n’oubliez pas vos lunettes.

Partager l'article :
Étiquettes: