AVIS MANGA : THE PROMISED NEVERLAND – TOME 1

Date de sortie : 25 avril 2018 – Edition : Kazé – Prix : 8.50€

Synopsis : Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Vous n’êtes psychologiquement pas prêt pour The Promised Neverland… J’ai rarement eu ce sentiment après avoir lu un bouquin, que ce soit un roman ou un manga d’ailleurs. La dernière fois que j’ai ressenti un tel malaise et ce sentiment de « J’étais clairement pas prêt à ça » … cela doit dater du lycée et du livre W ou le souvenir d’enfance. Au passage, si vous ne l’avez pas lu je vous le conseille vivement.

Avant d’entrer un peu plus dans les détails, tout en évitant les gros spoils, même si ça va être très compliqué. Je vais essayer de résumer dans quel état d’esprit je me trouvais avant de commencer la lecture de ce premier tome. Comme vous le savez surement, j’ai reçu le press kit de The Promised Neverland la semaine dernière, et, en observant les artworks, la représentation de l’orphelinat … ça sent l’effet kiss cool cette histoire. Tout commence bien, le décor est champêtre, ça rigole … et un évènement que nous ne soupçonnions pas chamboule le cours de l’histoire. Et bien c’est ce qu’il se passe ici.

Evidemment, je me doutais qu’il se tramait quelque chose de spécial par rapport à cet orphelinat. Des enfants isolés et tatoués … la référence aux camp d’extermination étant ici assez flagrante, j’ai couru dans ce sens, et, ai pensé naïvement au premier abord que la destinée des enfants avait un rapport avec cette sombre période de notre histoire. J’ai donc cru que l’histoire se passait dans les années 40, le style d’architecture, le style vestimentaire des protagonistes, les « expériences » sur les enfants … Tout les ingrédients sont réunis pour nous faire penser à ça. Et je suis sûr qu’une grande partie de ceux qui ont déjà pu le lire, ou qui le liront vont imaginer cela. C’est d’ailleurs très bien joué de la part de Kaiu Shirai et Demizu Posuka, ils parviennent sans problème à nous emmener là où ils veulent avant de nous surprendre. Pour l’anecdote, l’histoire se passe en 2045 … et je pense que la date n’est pas choisi au hasard et qu’on a droit ici à un clin d’œil morbide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The Promised Spoiland …

Difficile de parler de TPN (c’est plus court abrégé comme ça) sans spoiler un minimum ce qu’il s’y passe. Emma, et plusieurs autres orphelins, vivent dans un orphelinat géré amoureusement par Isabella, cette femme qu’ils appellent maman ne l’est évidemment pas, mais, malgré tout, éduque du mieux qu’elle peut tous les enfants qu’elle a pu avoir dans son établissement. Chaque enfant est bien traité, bien nourri et bien instruit. Maman s’attelle à former de la meilleure des façons les cerveaux de cette joyeuse colonie, des examens et tests quotidiens se déroulant à Grace Field House. Malgré ce portrait « paradisiaque », si on peut considérer qu’être dans un orphelinat est paradisiaque, une chose étonne et détonne, les enfants ont interdiction de sortir de l’orphelinat. L’entrée principale est protégée par un immense portail infranchissable, tandis que la forêt qui entoure la demeure est délimitée par une barrière. On peut se dire que ces précautions sont prises pour éviter qu’il arrive quelque chose aux enfants, mais pourquoi ne pas les emmener à l’extérieur ? Pourquoi les emprisonner dans cette bâtisse et leur interdire de découvrir le monde ?

Toutes ces questions sans réponses vont malheureusement rapidement trouvées une justification. Alors que la petite Conny, âgée de 6 ans vient de trouver une famille d’accueil, Emma se rend compte qu’elle a oublié sa peluche favorite. Accompagné de Norman, elle se met à la recherche de Conny et se dirige donc vers la porte principale du domaine, qui est encore ouverte. C’est alors avec effroi qu’ils découvrent le corps sans vie de Conny… Qu’a-t-il bien pu arriver ? Pourquoi maman confierait-elle ses enfants à des personnes mal intentionnées ? Emma et ses amis doivent-ils fuir au plus vite Grace Field House ?

Je vous laisse découvrir ça par vous-même et arrête mon spoil ici 🙂

Note(/5)

The Promised Neverland est attendu en France pour le 25 avril et si vous êtes fan de manga, il est impossible pour vous de passer à côté. On tient déjà surement le MOTY (Manga Of The Year) avec cette licence et ses 5 premiers tomes qui paraîtront cette année. J’aime beaucoup ce genre d’œuvres, que ce soit manga, film, série ou bouquin, qui ont toujours un coup d’avance et parviennent à nous surprendre, et c’est le cas de TPN.

Ce premier tome est une vraie bonne surprise et mon dieu que l’attente va être longue jusqu’au tome 2 …

Partager l'article :