AVIS MANGA : GLEIPNIR – TOME 1

Date de sortie : 16 février 2018 – Edition : Kana – Prix : 5.95€

Synopsis :

Shûichi Kagaya, un lycéen jusqu’ici sans histoires devient subitement capable de se transformer en un gigantesque « monstre » aux capacités hors normes.

Il sauve ainsi la vie de Claire coincée dans une maison en feu. Mais Claire découvre son secret et également qu’elle a la possibilité de se faufiler, par le biais d’une fermeture éclair, dans la mascotte incarnée par Shuîchi. Et si Shuîchi n’était pas le seul dans ce cas !?

Qu’est-ce qui attend ces deux lycéens désormais liés par le destin !? Leur plus grand combat est sur le point de commencer !!
Ne faisons plus qu’un… à la vie, à la mort !

 

Petit prix mais grosse surprise

Gleipnir … en voilà un titre bien étrange.

D’ailleurs, il n’y a pas que le titre qui est intrigant, la couverture l’est tout autant. Une jolie étudiante qui se cache dans cette grosse peluche armée … Que peut-il bien se cacher derrière ce manga de Sun Takeda ?

Un public averti en vaut deux

Avec sa pastille « Pour un public averti », Gleipnir nous place dès les premières pages dans un environnement où l’adolescence côtoie la violence et le sexe.

Shuichi Kagaya est un adolescent tout ce qu’il y a de plus normal, enfin en apparence. Derrière son visage d’élève modèle qui aime rendre service à ses camarades de classe, et regarder les culottes des filles, se cache un véritable monstre. Et, j’utilise ici sciemment le terme de monstre. Sans trop savoir pourquoi, Shuichi s’est levé un matin avec cette faculté étrange de se transformer en une espèce de mascotte sportive à la forme d’un canidé armée d’un revolver.

D’ordinaire solitaire, le jeune homme sera vite rejoint dans sa quête d’identification par la charmante et plantureuse Claire Aoki. Alors que celle-ci était prise au piège des flammes, Shuichi est venu à sa rescousse … Et même si son intention était bonne à la base, une fois sauvée, la jeune femme devient alors une source de danger et désir incontrôlables pour l’adolescent. Chantage, séduction, tension sexuelle … C’est sur ces bases que naît cette drôle de collaboration.

Le personnage de Claire est assez énigmatique. On sait qu’elle est de deux ans la cadette du héros, et qu’elle n’est bizarrement pas étonnée de l’avoir vu se transformer en monstre. Si la jeune femme était au prise des flammes c’est qu’elle était en train de se suicider. Orpheline, ses parents ont été tués des années auparavant des mains de sa sœur qui, comme Shuichi, est un monstre.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Monstres et petite culotte

Évidemment, quand on est une enfant, difficile de faire comprendre au reste des adultes et enquêteurs que sa maman a été tué par sa monstre de sœur… Et grâce à Shuichi, elle compte bien la retrouver. Malheureusement pour nos deux jeunes amis, Shuichi et la sœur de Claire ne sont pas les seuls monstres qui peuplent la Terre. Une nouvelle protagoniste, elle aussi dotée de capacités monstrueuses, tente d’attaquer Claire pour lui voler une médaille offerte par sa soeur.

Une médaille qui regorge bien des mystères et dont je vous laisse découvrir l’origine, enfin plutôt entrevoir l’origine par vous-même.

Pour se défendre de cette ennemie, Claire n’hésitera pas à prendre possession du corps et l’esprit de Shuichi en pénétrant en lui…littéralement. Une fois transformée en monstre, Shuichi, comme toute mascotte, possède une fermeture éclaire qui permet d’enfiler le costume … Sauf qu’ici le costum … c’est lui. A moitié nue, l’adolescente entre donc dans le corps du monstre et transforme son hôte. Lui qui était si faible et calme, devient une bête assoiffée de sang et de violence. L’auteur illustre d’ailleurs parfaitement ce changement de comportement et de façon de penser. Les expressions, les angles de dessins, la coloration des cases… Ce passage où Shuichi, possédé, affronte son ennemie est tout simplement superbement réalisé. Le trait est sûr de lui, le combat est dynamique et on ressent toute la haine et la violence de Claire qui s’oppose à la conscience du jeune homme, qui vit, impuissant cet affrontement.

 

Note(/5)

Gleipnir est une excellente surprise et j’ai hâte de découvrir la suite de cette nouvelle série. L’auteur, que je ne connaissais pas, est extrêmement doué et aime jouer avec nos repères temporels. Si l’histoire commence avec un bon en avant de le temps, elle se finit par un flashback plein de questions et à la fois de réponses… Pourquoi Shuichi se transforme-t-il dorénavant en monstre ? Qui est cette jeune fille qui les a attaqués ? A quoi servent ces médailles et à qui appartiennent-elles ? Beaucoup d’interrogations restent sans réponse à la lecture de ce tome 1 mais qu’est ce que j’aime ça. J’espère que le prochain sera à la hauteur.

Disponible depuis le 16 février je n’ai pas vu beaucoup de monde en parler mais, avec son mini prix de lancement, Gleipnir est assurément un manga à découvrir.

Transformation du corps, découverte de la sexualité et des relations amoureuses, Sun Takeda nous livre ici une métaphore de l’adolescence qui prend tout son sens sous la qualité de ses dessins (personnages et arrières plans compris).

Partager l'article :