MEDIEVIL : SIR DAN RE(RE) VIENT D’ENTRE LES MORTS

A l’instar de Tombi ou Kula World, MediEvil fait partie de ces jeux que j’ai l’impression de connaitre par cœur, et sur lesquels j’ai passé des heures … alors qu’en fait je n’y ai joué que sur les versions Demo et ce fameux CD que nous avions avec notre Play Station 1 ou dans les magazines de l’époque… 21 ans après sa sortie, Sir Dan re(re)sort de sa tombe et va tenter de laver son honneur une dernière fois.

Alors que la PS4 approche doucement mais surement de sa fin de vie, les remakes et versions remastérisées de jeux cultes sont de plus en plus nombreux. Crash Bandicoot, Spyro, voir même Ghostbusters plus récemment, des licences cultes qui nous avaient marqué dans notre jeunesse ont été réadaptés pour nous permettre de transmettre nos coups de cœur aux plus jeunes.

Sir Daniel Fortesque est une sorte de faux héros, autant par son histoire et son background que par sa dégaine pas vraiment héroïque. Érigé au rang de héros, Dan n’est en réalité qu’un vulgaire soldat qui a eu la malchance de se prendre une flèche par Zarok avant même qu’il ait pu sortir son épée. Étonnement, c’est ce même Zarok qui va le réveiller. La mission de Sir Dan est donc de sauver le royaume de Gallowmere et par la même occasion devenir le héros qu’il n’a jamais été.

Si le pitch est plutôt basique, l’ambiance gothique à la Tim Burton fonctionne très bien, et la touche d’humour présente de bout en bout du jeu permettent de donner du corps à l’ensemble.

 

Lieux de culte

Si l’ambiance accroche immédiatement le joueur, cela est aussi en grand partie dû aux différents lieux que vous traverserez. La crypte de Sir Dan, le cimetière, un château hanté, un bateau fantôme … chaque map est clairement identifiable, mémorable et magnifique. Les références aux classiques du cinéma ou du JV sont évidentes et les clins d’œil sont d’ailleurs nombreux. Le remake permet d’ailleurs de sublimer encore plus ces différents spots.

Die and (re)try hard

Si l’ambiance et l’univers sont le véritable point fort de MediEvil, le gameplay et la rigidité (et sa difficulté) de ce dernier pourra je pense freiner certains. Pour la science, j’ai d’ailleurs relancé la version PS1 pour comparer et voir si c’est moi qui était devenu nul, mais les développeurs ont bien pris la décision de coller le plus fidèlement à l’original, quitte à être un peu trop exigeant peut-être … C’est d’ailleurs une question plus large qui se pose ici. Un remake doit-il forcément être un copier/coller ou un studio peut-il se permettre quelques libertés et modernisation ?

Ce qui m’a le plus gêné dans ce gameplay un peu vieillissant concerne notamment la difficulté d’apprécier les distances lors d’attaques ennemis. Qu’un jeu soit dur et exigeant comme les jeux d’antan ça ne me dérange pas, mais quand il s’agit de traîner un problème qui je pense aurait pu être corrigé, ou du moins amélioré j’ai un peu plus de mal.

Résultat de recherche d'images pour "medievil"

Si le gameplay n’a pas été modifié, il en va de même pour le découpage du jeu, très années 90 … Mais qui au final ne dérange pas … sauf peut être l’absence de checkpoints. Chaque chapitre prend en moyenne une vingtaine de minutes, un peu plus si vous souhaitez tout débloquer et obtenir toutes les récompenses. Malgré tout, sachez que si vous mourrez (même au combat contre le boss), il faudra recommencer le niveau depuis le début. Un sentiment de frustration qui nous ramène dans les heures les plus sombres de jeu comme Tortues Ninjas ou Mario sur GameBoy ou SNES. Paradoxalement, si la frustration est réelle au moment de recommencer un niveau, la sensation de progresser est réelle quand vous parviendrez finalement à battre le boss. La maîtrise des armes, et le choix de la bonne arme au bon moment sera indispensable pour réussir à gérer les niveaux du mieux possible.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Note (/5)

Le retour de Sir Daniel Fortesque sur le devant de la scène est une excellente nouvelle tant ce personnage a marqué les esprits. L’ambiance et le style très Burtonesque sont à eux seuls un argument de choix pour tester ce titre. Visuellement c’est magnifique et le remake permet réellement de sublimer l’œuvre. Face à la beauté artistique du titre, le gameplay un peu trop fidèle et à l’ancienne peut malgré tout être un frein à l’achat ou au plaisir de déguster l’œuvre. Avec environ 5H de jeu pour compléter le tout, MediEvil est un bon petit jeu pour ceux qui aiment le challenge et les jeux des années 1990.

 

Partager l'article :