F1 2018 EN POLE POSITION ?

It’s been a long time my old friend …

Il y a très très longtemps que je n’avais pas mis la main sur un jeu de Formule 1… Le dernier en date doit être Formula One 98 ou 99 sur cette bonne vieille PlayStation (sans numéro) … C’est dire si cela remonte… Après 20 ans sans mettre le pied dans les paddocks, il est temps d’enfiler la combinaison intégrale et de se glisser dans le siège baquet.

Paul Position

Alors effectivement en 20 ans la licence a beaucoup évolué. J’ai été impressionné dans un premier temps par le réalisme des véhicules. Que ce soit au niveau de la modélisation, mais aussi au niveau des bruitages, usures … La promesse de revivre la saison de GP est ici fidèlement reproduite. Il ne manque que Denis Brogniart et la diffusion d’Auto Moto.

Si le cœur du jeu reste bien entendu son mode carrière, sur lequel nous reviendrons plus tard, le titre de Codemasters a le mérite de proposer d’autres modes de jeu comme les épreuves en solo, un mode championnat, du contre la montre, Grand Prix et un mode multijoueur. Au sein de ces différents modes de jeu vous aurez évidemment la possibilité de conduire les F1 de vos écuries préférées, mais vous pourrez également opter pour des modèles plus anciens et mythiques comme la McLaren M23D 1976 de James Hunt ou la Ferrari 312 T2 de Niki Lauda.

 

Formula One Manager

Je ne me fais aucune illusion. 80% des gens qui vont jouer à Formula One 2018 sont là pour le mode carrière. C’est donc par ce mode que j’ai commencé, en souffrance… Plutôt habitué au jeu de conduite arcade, passer sur un gameplay simulation m’a demandé un gros temps d’adaptation mais chemin faisant je commence à prendre le coup de main. Ce mode carrière est d’ailleurs très complet et particulièrement fourni, gros joueur de Football Manager (qui sort début novembre n’oubliez pas !!) voir tous ces chiffres, et menus m’a fait particulièrement plaisir.

Avant de vous lancer dans les différentes épreuves du championnat du monde des pilotes il faudra dans un premier temps créer votre avatar, et choisir votre écurie. Avant de choisir l’équipe qui vous portera vers les sommets vous pouvez comparer chacune d’entre elles, que ce soit au niveau des performances de la monoplace ou au niveau de leurs attentes vis-à-vis de vos résultats. Pour un peu plus de réaliste je n’ai pas choisi de signer directement chez Ferrari ou Mercedes. Ce bon vieux Paul Position est bien décidé à faire briller la marque au losange.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois la sélection faite, vous allez pouvoir définir le format des WE que vous souhaitez avoir. Option très utile au passage, elle vous permettra de choisir le type de partie que vous souhaitez jouer. A fond dans le réalisme avec les essais libres, les qualifications et la course en plus de 50 tours, ou bien une version plus light sans essais … Notez qu’il est aussi possible de simuler la course.

Après toutes ces étapes de paramétrage, voici venu le temps de faire chauffer la gomme. Interview avec la presse, collaboration avec les équipes R&D, sélection des pneus …. Vous allez vivre la vraie vie de pilote qui est finalement beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine. Il ne suffit pas d’arriver le matin et s’asseoir au chaud dans son siège. Vous allez jouer un vrai rôle au sein de l’écurie et allez être celui qui la mènera au sommet. Grâce aux différents objectifs à remplir vous gagnerez des points de compétences qui vous permettent d’orienter les recherches de vos collègues. Ces dernières optimisations prendront plus ou moins de temps selon leur complexité et cela vous forcera à appréhender ces modifications une fois en place et faire évoluer votre style de conduite.

Un peu complexe au début, surtout pour quelqu’un comme moi qui ne suis pas expert en voiture, la prise en main se fait relativement rapidement au final.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’enchainement des différentes sessions se fait très bien, personnellement j’ai enlevé les séances d’essais libres et ne fais que les qualifications et la course. Comme j’en parlais brièvement en introduction, l’habillage du jeu est fort de toutes les licences de la FIA et nous avons donc droit à des voitures modélisées à la perfection, l’habillage des paddocks, les circuits fidèles à la réalité… Je me demande même si la marque de champagne utilisée sur le podium final est la même qu’en vrai.

Pas le droit à l’erreur … ou presque

Et la conduite dans tout ça ? Je vous disais plus haut que j’étais davantage un joueur arcade que simulation … et bien cette version 2018 de Formula One confirme une nouvelle fois cette théorie. Les premières courses et séances de qualif ont été très compliqué pour moi et mon équipe. Je pense qu’on a même frôlé le licenciement pour faute grave après mes piètres prestations… Même en niveau facile (25-30 de mémoire) j’ai galéré pour atteindre le Top 3 et mine de rien ça fait plaisir de devoir cravacher un peu pour être dans les premiers. On ressent vraiment les différences entre les écuries et c’est là que le côté RPG et arbre de compétences fait la différence. A force de travail et de collaboration avec le service R&D vous pourrez de plus en plus compter sur votre bolide.

De plus, fonctionnalité (triche) très utile : le flashback. A tout moment de la course il est possible d’utiliser le mode replay et de corriger une erreur de trajectoire ou d’inattention. Si je ne voulais pas l’utiliser au début pour rester fair avec mes adversaires … La moindre erreur se payant cash, et après 25-30 minutes en tête, voir tous vos efforts annihiler à cause d’un virage mal négocié vous poussera rapidement à utiliser cette feature ou à défaut balancer votre manette contre un mur.

F1 2018 est un excellent jeu de simulation, si ce n’est le jeu de voiture à posséder pour tout fan de conduite. La fidélité des circuits, des véhicules, le mode carrière, l’habillage … Le package complet est très sexy/prometteur et garantit une expérience de jeu sur le long terme de qualité. J’ai par ailleurs beaucoup aimé les petites courses par ci et là pendant la saison de F1 qui permettent de rafraichir un peu le gameplay et de conduire d’autres véhicules.

Partager l'article :