AVP BROLY DRAGON BALL SUPER – GRAND REX

Marseille, Montpellier, Metz, Lyon … tous les fans de France et de Navarre s’étaient donnés rdv hier au grand rex pour l’avant première du film Dragon Ball Super Broly.

Première date du film en France, je me devais de faire le déplacement. Déjà pour revoir toute la famille DBZ, mais aussi pour voir un vrai film DB au cinéma depuis plus de 20 ans. Ne comptons pas les deux films DBS qui sont des purges sans nom svp.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors oui. A l’annonce du film certains étaient sceptiques, voire meme réticents à l’idée de voir un quatrième film sur Broly. Le premier, notamment, étant tellement mythique pour la plupart d’entre nous… difficile d’accepter un reboot pour canoniser le personnage… Et bien oubliez tout ça. Ce film est quasi parfait et voici mon avis garanti sans spoil.

YARE BROLY !

Ce nouvel opus apporte une réelle plus value au personnage. Sans trop vous en dévoiler, ce Broly nouveau est beaucoup plus profond et intéressant que le précédent. Il possède de vraies lignes de dialogue, pas uniquement des cris à base de Cachalot, et une vraie personnalité. Sa relation avec les autres personnages et aussi très réussie. Et puis ce charadesign … mamamia … quand Broly enfile pour la première fois la tenue saiyan … #InstantCrush

Malgré ce nouveau Broly, on voit assez facilement les hommages ici et là au Broly originel de la part des scénaristes. Je suis sûr que vous ne manquerez pas de repérer les petites références, et ayant moi même dû en louper certaines … je retourne le voir au cinéma sur Lyon ce soir … Fanboy vous avez dit ?

Pour en finir avec le personnage de Broly, ses transformations sont très bien amenées et bien expliquées par les protagonistes. Mais je n’en dis pas plus là dessus pour que vous puissiez savourer pleinement.

Minus, Bardock …

En parlant d’explication, c’est un des gros points forts que j’ai trouvé au film. Même s’il rompt avec certains passages des OAV/TV Specials, Dragon Ball Super Broly nous présente ,rapidement, mais très bien la destruction de la planète Végéta et autres moments cultes de l’histoire de DBZ. Pour tout vous dire, j’ai même dû lutter contre mon moi intérieur pour ne pas laisser échapper une larme … tout ça au bout de 15 minutes seulement …

Végéta et Raditz enfants, Nappa, Bardock, Cold, le commando Ginyu … tous les saiyans ou éléments clés de l’armée de Frieza ont droit à leur petit clin d’œil.

Le passage de la période Minus à DB/DBZ/DBS est très bien réalisé et plutôt stylé même. Les références tout au long du film à DBZ sont d’ailleurs exceptionnelles notamment l’une d’elles où vous allez être tout simplement hystérique.

Outre Broly, les personnages de Végéta et Goku sont très bien exploités également. Tantôt comiques, tantôt attendrissants, mais évidemment ultra combatifs, les 2 saiyans légendaires ont chacun leur tour leur moment de gloire. Végéta est enfin respecté, et Goku n’est pas le seul héros du film comme trop souvent.

Enfin Frieza, magnifique. Le Frieza qu’on aime. FDP numero uno de l’univers. Change pas bébé.

CGI et sous traitance

Pour conclure cette article je vais parler brièvement de l’animation, car si je dois donner un ou deux défauts au film c’est uniquement de ce côté là. Un passage en CGI notamment est particulièrement exagéré dans le photo-réalisme et m’a un peu fait tiquer sur le coup. Enfin, sur certaines scènes, on voit que cela a été confié à des studios externes. La qualité n’est pas du tout au rdv et nous rappelle les heures sombres de DBS, coucou Goku SSJ3. Mains difformes, visages absents ou inexpressifs, certaines animations n’auraient clairement pas dû passer le contrôle qualité.

Un film over 9000

Impossible de donner une note. Encore sous le coup de l’émotion j’ai envie de vous dire que c’est le meilleur film DB de tous les temps. C’est en tout cas ce que je ressens au moment où j’écris ces quelques lignes, encore fébrile de ce que j’ai vu hier. Et outre, ceux qui seront la pour critiquer ci ou ça, surtout pour faire genre ne nous voilons pas la face. Félicitons nous de vivre une époque où un film DB sort au cinéma. Terminée la guéguerre sur la date de sortie … Kiffez. Simplement kiffez. Si c’est en janvier tant mieux, sinon attendez mars. Ne gâchez pas votre moment avec un screener ou un lien pourri trouvé sur internet sans sous-titres, avec un son dégueulasse. Ces frissons à chaque impact, chaque coup, méritent d’être vécues dans une salle de cinéma.

En un mot comme en cent …

Broly, c’est la vie.

Partager l'article :