AVIS MANGA : JAGAAAN TOME 6-7

Date de sortie : 19/02/2020 – Edition : Kaze – Prix : 7.99€

Ayant pris un peu de retard sur Jagaaan, j’ai profité de la sortie de ce septième tome pour rattraper mon retard sur la série et réaliser un doublé avec le Tome 6. Comme vous le savez déjà, cette série de Muneyuki Kaneshiro et Kensuke Nishida m’avait convaincu depuis le début, mais, je trouve que ces deux derniers tomes donnent un intérêt tout particulier à la série.

 

Si dans les précédents tomes, les personnes possédées par les crapadingues étaient souvent malfaisantes, perverses voir cruelles pour la majorité, la série opère un véritable virage avec ces deux derniers tomes. Il faut dire que la mise à disposition de boulettes à l’ensemble de la population aide grandement à ce retour à la normale, réduisant ainsi drastiquement le nombre de transformation. Ainsi, même si la paix semble plus ou moins présente, Shintaro Jagasaki intègre les forces du Special Kajin Analysis Team aussi appelé SKAT. Cette équipe de choc a pour objectif de traquer les derniers détraqués et les exterminer.

Et, c’est d’ailleurs lors de cette quête des nouveaux détraqués que Jagaaan prend un tournant plutôt intéressant, qui fait réfléchir en tout cas. Comme je vous le disais, auparavant les monstres l’étaient aussi dans la vie de tous les jours, même si dans une moindre mesure. Or, là, le SKAT va partir en chasse de deux meurtriers dont les motivations sont très différentes. Jagasaki et son équipe vont partir à la poursuite de Ryo Takemura et Giichi Imoto. Ces deux jeunes garçons étaient ensemble au lycée et ont décidé de partir en vendetta contre des anciens camarades. Bien décidés à détruire leur vie et celle de leur proche… Mais, pourquoi cette vengeance me direz-vous ?

 

 

Takemura et Imoto ont vécu des brimades, harcèlements scolaires et autres choses qui me mettent hors de moi… Pire ces persécutions sont allés tellement loin qu’elles ont fait explosé et détruit les familles des jeunes garçons … Depuis cette époque, leur vie est devenue un cauchemar mais le quotidien de leurs tortionnaires n’a lui pas été bousculé plus que ça. Chacun vit sa petite vie et certains ont même oublié ce qu’ils avaient fait subir à ces gamins… Un caillou dans leurs chaussures. Dans ces conditions, difficile de leur en vouloir, et on en vient presque même à cautionner leurs actes…

 

 

Wahou … Quelle claque avec ces deux tomes ! Alors que jusqu’à présent Jagaaan jouait la carte du « politiquement correct » et du classicisme avec des méchants méchants et des gentils gentils… Ici, la frontière devient très fine et le parallèle avec la vraie vie fait mal… et nous revient en pleine face assez violemment… Un peu comme lors de la découverte de la série Dexter … On ne peu qu’être d’accord avec son désir de justice, mais sa méthode laisse à désirer … Mais n’est-ce pas la seule réellement juste et efficace au final ? Question philosophique assez vaste et sensible abordée ici donc, et je trouve que c’est une très bonne chose. J’ai beaucoup aimé cette approche et le fait que Jagasaki soit lui aussi au milieu de ce dilemme et se pose les mêmes questions que nous. Le dynamisme, l’agencement des cases et des dessins sont tout aussi efficaces et portent à merveille le message des auteurs. Encore une belle réussite pour Jagaaan qui mérite clairement de faire plus parler de lui !!

 

En bonus, à l’occasion de la sortie de ce tome 7, Kaze met en place un jeu concours basé sur l’univers de la série et vous permet de gagner une session de paintball pour vous et 3 de vos amis !

 

 

Partager l'article :