AVIS MANGA : BESTIARIUS – TOME 6

Date de sortie : 26 septembre 2018 – Edition : Kaze – Prix : 6.99€

Genre : Heroic, Fantasy

Le moins que l’on puisse dire c’est que la sortie de ce sixième et avant dernier tome de Bestiarius s’est fait attendre comme il se doit… Quasiment 1 an depuis la sortie du cinquième tome … une éternité que je ne saurais expliqué mais c’est avec plaisir, et nostalgie que j’ai retrouvé Finn et Durandal dans leur combat contre Rome.

Synopsis : Ier siècle après J.-C., Finn, le plus puissant bestiarus à avoir jamais foulé le sol de l’arène, et Durandal, la wyverne gigantesque, ont déclaré la guerre à Rome. L’empereur, et surtout son ingénieuse épouse Domitia, décident alors de combattre le mal par le mal en faisant appel à un redoutable gladiateur : Saeros l’elfe noir… Sa haine et sa soif de destruction pourraient bien sonner le glas des rebelles d’Hebden comme celui de l’Empire !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour aux affaires
Si Masasumi Kakizaki nous avait habitué dans ses précédent tomes à nous offrir de sublimes combats, il conserve cette bonne habitude avec ce tome. Le manga reprend en plein champ de bataille, Finn et sa fidèle Wyvern continue de débarrasser Britannia de tous les campements romains. Et, à l’instar d’un duo d’irréductible gaulois, le Bestiarius et son accolyte ne font qu’une bouchée (quoique beaucoup plus sanglante que les moustachus) des soldats de l’Empire.

Un Empire qui se retrouve bien seul pour l’occasion. Traumatisé par leur dernière rencontre, l’empereur n’ose même plus sortir de sa chambre de peur d’être tué par Finn et sa bande. Cette révélation sur le caractère peu courageux du monarque est l’occasion pour le lecteur d’apprendre qui dirige le pays derrière ce pantin de Domitien… Et, comme le dit le dicton, derrière chaque grand homme se cache une femme … La vraie tête pensante de l’Empire n’est autre que la femme du souverain. Si nous voyons son visage pour la première fois, il n’en demeure pas moins terrifiant et glaçant.
Bien décidé à conserver son pouvoir, l’épouse de Domitien opte pour une solution radicale : envoyer son meilleur homme de main au combat…

 

Chimère vs Wyverne
Saeros, redoutable gladiateur, assoifé de sang, au tendance légèrement psychopathe … Un charmant jeune homme pour ainsi dire qui entretient une relation particulière avec Domitia, mais je vous laisse découvrir cela par vous-même. Tout comme Finn, l’elfe noir éprouve une haine profonde envers Rome, comme Finn, il est aussi très doué au combat, et comme Finn il est aussi accompagné d’une créature majestueuse … et plutôt imposante. Malgré ces points communs, l’affrontement entre le bien et le mal, la justice et la vengeance est inévitable.
Finn contre Saeros, Chimère contre Wyverne, deux combats dantesques vont avoir lieu et le tout dessiné d’une main de maître. La violence des gouts, la haine des protagonistes, le sang qui coule à flot… Bref, le Bestiarius que l’on a aimé lire, et que l’on aime lire.

 

Note (/5)


Encore une fois Masasumi Kakizaki est très fort pour nous représenter un monde dur, où la violence est reine. Ayant découvert Rainbow que très récemment, je suis véritablement en admiration devant ce dessinateur dont on parle assez peu. Son trait fin et précis est parfait pour ce genre de récit et j’espère qu’il sera de nouveau au fourneau dans une prochaine série. Pour en revenir à Bestiarius, je trouve l’idée d’amener un rival à Finn très intéressante. Ce dernier ayant ses propres motivations qui dépassent le simple rôle de main armée de la reine. Cet affrontement nous promet un dernier tome épique, en espérant qu’il ne sorte pas dans 1 an…

Partager l'article :