YAKUZA 6 : Un final en apothéose

Troisième épisode de la série sur PS4, Yakuza 6 : Song of life conclut les aventures de Kazuma Kiryu de la plus belle des manières, avec un jeu entre tradition et modernité… Il y a 12 années de cela, nous faisions connaissance avec ce fameux Kazuma. Yakuza de profession, maître dans l’art du combat de rue, le dragon de Kojima est aujourd’hui de retour pour clôturer son histoire.

Yakuza un jour, Yakuza toujours

L’aventure démarre par un Kiryu blessé et alité, entouré de la police tokyoïte bien décidé à le placer en détention. Vous l’aurez donc compris, on reprend l’aventure où l’épisode 5 s’était donc arrêté. Après trois longues années passées derrière les barreaux, le yakuza sort de prison l’esprit léger et avec la volonté de démarrer une nouvelle vie. Direction l’orphelinat qu’il gère désormais pour retrouver toute sa petite bande de joyeux enfants, mais surtout sa protégée : Haruka. La jeune idol de JPop reste cependant introuvable et personne ne sait où la trouver. Ni une ni deux, Kazuma prend la route pour Tokyo et entre 2-3 fracassages de crânes à base de vélo ou de parpaing, on apprend que la jeune fille est dans le coma, à l’hôpital en compagnie de son fils Haruto. Avec une mère dans le coma, un père introuvable, les services sociaux sont sur le coup pour récupérer le petit, en grand père adoptif responsable, entendez par là « Ne touchez pas à l’enfant sinon je vous démonte la gueule avec les barreaux du lit », Kiryu décide de le prendre avec lui et de retrouver le mari d’Haruka.

Bienvenue chez les chtiroshimiens

Ce n’est pas à Konoha qu’a grandit Haruto mais Hirsohima, et plus précisément la petite bourgade de Onomichi. Une ville portuaire peuplée de pêcheurs, de piliers de bar et de yakuzas. L’arrivée de Kazuma va évidemment provoquer un  grand chambardement et perturber l’équilibre de la ville. La tâche ne sera pas si simple car s’il est facile de prendre le premier panneau publicitaire pour l’exploser au visage d’un yakuza chinois bien rondouaillard, il est plus compliqué de le faire avec un bébé dans les bras… Et oui, car n’oubliez pas que Kazuma n’est pas seul, mais accompagné d’Haruto, qui comme tout enfant qui se respecte va se mettre à pleurer (au mauvais moment). Pour calmer l’enfant rien de mieux que de le jeter en l’air ou lui faire des gouzis gouzis… Si la réalité était aussi simple que ces mini jeux la vie n’en serait que plus facile …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Farmville

Si l’épisode 0 de la saga avait amené un système de grinding particulièrement intéressant. Yakuza 6 fait encore plus fort en stimulant le joueur dans n’importe quelle activité. Live-chater avec des hotesses, boire un verre de saké, manger un melon pan, combattre une horde de Yakuzas …. Toutes les activités du jeu vous permettront de gagner des points d’xp qu’il faudra ensuite distribuer entre différentes compétences pour faire de Kiryu le dragon de Kojima ultime.

 

La belle Tokyo

Esthétiquement, Yakuza 6 est de loin le plus bel épisode de la saga. La ville de Tokyo est particulièrement réussit, j’ai eu l’impression de revivre mon séjour d’il y a 2 ans. Les rues lumineuses, les salles d’arcade où il est possible de jouer à Puyo Puyo ou Virtua Fighter 5 Final Shodown, les salary-men au côté de jeunes écolières en jupes plissées… Le Japon cliché avec sa dose de WTF qui fait qu’on aime ce pays.

Parcourir la ville à la recherche de membres de gang pour améliorer son niveau, tester ses nouvelles compétences débloquées, et surtout, user des Heat Actions pour finir vos ennemis avec un final grandiose est un pur plaisir…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le nouveau Super Saiyan Blue

Valeur sûre des précédents opus, les combats sont toujours aussi jouissifs. Les ralentis, les finishs, la transformation en Super Saiyan God Super Dragon de Kojima … bref un kiff ultime qui rend la notion de Beat’em all presque poétique, et le tout sans chargement. Comme évoqué plus haut, si vous souhaitez améliorer vos compétences avant de vous frottez à la racaille local il est possible de réaliser moultes activités : karaoké, Club Sega, Baseball, fléchettes, cours de gym, pêche au harpon, Mahjong …. De quoi occuper vos parties et votre endgame si vous voulez platiner le jeu.

Note (/5)

Tantôt comique, tantôt dramatique, Yakuza 6 est le digne descendant de cette série mythique qui aura marqué des millions de joueurs. Sa narration, son style de combat, sa multitude de mini jeux font de cette licence une légende à part dans le paysage vidéo-ludique.

Même si son histoire a beau être classique, on se prend d’empathie pour la pauvre Haruka qui oscille entre la vie et la mort et pour ce Yakuza cinquantenaire, plus proche de la retraite, que de ses années de gloire. Malgré son âge, ce bon vieux Kiryu nous offre un superbe jubilé avec cette « dernière » apparition.

Connaissant Sega, ce serait étonnant de lâcher la poule aux œufs d’or et je pense qu’on peut s’attendre à des nouveaux épisodes. D’ici là, ne boudons pas notre plaisir de retrouver Kazuma Kiryu dans ce sixième épisode réalisé à la perfection.

Partager l'article :