LE VENT SOUFFLE SUR LES PLAGES ARMORICAINE DE WINDBOUND

Indéniablement Windbound va se voir comparé à Zelda … A l’instar de God vs Monsters d’Ubisoft qui devrait sortir pour cette fin d’année, et du succès de BOTW, il est désormais difficile de se séparer de cette étiquette de Zelda-like, même si le jeu de 5 Live Studios tente tout de même d’apporter de nouvelles mécaniques de gameplay avec son mode survie.

 

Started from the bottom now we’re here
Le jeu prend place au beau milieu de l’océan, Kara, l’héroïne, se retrouve seule et va devoir survivre par elle-même dans ce monde qui nous est inconnu. A l’aide de votre radeau de fortune vous allez pouvoir naviguer d’île en île et défier les créatures qui les peuplent. En parlant de défi, dès le début du jeu il nous est demandé de faire le choix entre le mode survie et un mode Histoire. Personnellement, j’ai opté pour le mode histoire car tel un Deadrising, une mort en mode survie est synonyme de retour à zéro et je ne suis pas fan de ce type de progression en général. Le mode histoire n’est cependant pas en reste totalement car si vous ne recommencez pas du début, vous devrez tout de même redémarrer au début du chapitre … et sans bateau… J’en vois déjà qui chancellent à cette nouvelle, sachez que le jeu ne compte que 6-7h de durée de vie, les 5 chapitres s’enchainent donc assez bien et devoir en rejouer un signifie tout au plus 1h de jeu de perdu.

 

Coquillages et crustacés
Comme évoqué plus haut, le jeu se décompose en 5 chapitres … plus ou moins similaires malheureusement. Le pattern est identique à chaque fois, récolter les coquillages nichés au sommet d’une tour, puis se rendre au prochain chapitre … Un choix de game design assez creux qui aurait pu être revu au cours de la progression pour proposer davantage de challenges, et d’intérêts notamment. Si le design global du jeu n’est pas forcément des plus passionnants, Windbound est sauvé par une DA très mignonne et rafraichissante. Mais, c’est bien la seule chose qui ma marqué au final. La difficulté n’est pas forcément relevée ou simpliste, mais l’IA est vraiment mal calibré et souvent à la ramasse. Le craft devient rapidement lassant tant on ne sait quoi faire de ce dernier étant donné qu’on peut rusher le jeu assez facilement, le tout en contournant les ennemis. Je ne saurais dire si c’est une question de moyens, de temps ou d’idées tout simplement mais j’ai eu le sentiment que le jeu n’était pas fini et que l’objectif était de le sortir coute que coute malgré des défauts assez visibles, qui n’auraient pas du passer les phases de playtest d’après moi.

 

FIRST GAMEPLAY TRAILER AND PRE-ORDER BONUS REVEALED | Deep Silver

 

Actuellement disponible au prix de 30€ sur le store, je ne peux que vous conseiller d’attendre une baisse de prix si vous souhaitez vraiment le faire. Chacun prendra l’aventure comme il veut, et peut-être parviendrez vous à trouver du challenge en allant au combat, et en voulant sciemment nettoyer chaque ilot de ses ennemis, cependant je n’ai pas réellement réussi à y trouver mon compte et même si j’étais assez emballé au début, la lassitude et ce sentiment de répétition ont eu raison de moi. Ce qui est assez inquiétant quand on parle d’un jeu dont la durée de vie n’excède pas 6h.

En conclusion, c’est mignon, ça se veut différent d’un Zelda, mais on reste très loin (forcément) du titre de Nintendo, et tant qu’a faire, je préfère relancer ma Game Cube et Wind Waker ou prendre la version eShop du remaster HD.

Partager l'article :
Étiquettes: