SACKBOY A BIG ADVENTURE

Cela fait désormais 5 jours que j’ai la PS5 entre mes mains … Et quelle douce sensation que celle de déballer une toute nouvelle génération de console. Alors oui, vous allez me dire et c’est les discussions que j’ai eu en live cette semaine : « Où est l’intérêt de cette PS5 ? » … Certes, il n’y a pour le moment pas de jeu new gen qui nécessite son achat mais vu l’état des stocks … Si c’est pour se retrouver le bec dans l’eau pendant plusieurs mois, je préfère la prendre dès maintenant et puis … le plaisir de cette manette … Je ne pensais pas être aussi impressionné mais après avoir terminé Astro’s Playroom je ne peux qu’être convaincu et ai hâte de voir les éditeurs prendre la peine de développer des jeux utilisant les features de celle-ci. Sackboy A big Adventure dont nous allons parler aujourd’hui exploite d’ailleurs en partie cette DualSense et son retour haptique.

Si vous ne connaissez pas Sackboy, vous êtes peut être plus familier de Little Big Planet, la licence de laquelle est tiré ce petit personnage. Avatar principal, il est devenu assez rapidement une des icônes de la marque nippone notamment grâce à de nombreuses déclinaisons stylisé à la façon d’autres titres phares comme God of War, Horizon Zero Down, Ratchet ou encore Killzone.

Côté gameplay, contrairement à ses prédécesseurs qui étaient des platformers en vue 2.5D, Sackboy A Big Adventure fait désormais place à la 3D (avec une caméra fixe qui perturbe un peu de temps en temps au passage). De plus, à l’instar de ses ancêtres, le jeu fait la part belle à la coop puisqu’il est possible de jouer jusqu’à 4 chacun des quarante et quelques niveaux qui sont présents dans les 6 mondes qui composent cette odyssée. Confinement oblige je n’ai pas pu encore tester cette feature mais j’ai hâte de voir ce que ça donne entre potes.

Côté réalisation le tout est très réussi, la DA est toujours aussi efficace et la 3D donne encore plus de sens aux customisations de style de Sackboy qu’il est possible de faire. Un chapeau de sherpa avec une barbe de yeti et la tenue d’Elvis ? Aucun souci c’est possible. Les combinaisons et personnalisation de couleurs sont très riches et il est vraiment possible d’avoir un Sackboy unique. Les différents univers tels que Le pic Prodigieux, La canopée, ou encore le Nexus interstellaire ont vraiment une identité propre mais aussi un gameplay propre. De nouveaux gadgets, de nouveaux ennemis, de nouvelles plateformes, chaque monde renouvelle légèrement le gameplay et permet de rafraichir l’expérience de jeu.

Bons Plans : Sackboy: A Big Adventure Edition Spéciale sur PS4 (99,99€)

Enfin, je vous parlais des fonctions haptiques de la manette, Sackboy en fait une utilisation modérée et je pensais ressentir davantage les nouveautés de la DualSense avec cette production exclusive à Sony. Surtout après avoir terminé Astro, je m’attendais à quelque chose de comparable et j’avoue avoir été déçu de ce côté-là.

Au final, Sackboy est un bon platformer qui malheureusement ne tire pas profit de son statut dû à sa présence dans le line-up de cette nouvelle gen. SI la durée de vie (un peu plus de 10H) est tout à fait raisonnable, la progression et le gameplay sont assez classiques et ne révolutionnent pas le JV, comme à pu le faire à sa manière LBP à son époque. Exit l’éditeur de niveau d’ailleurs (peut-être pour du postlaunch ?) qui aurait pu allonger la durée de vie tout en proposant un challenge bien corsé comme aiment le faire les sadiques qui crée en général des niveaux ^^ Non pas que la progression soit mal foutue, je le trouve plutôt progressive et bien pensée mais on prend toujours les modes qui nous permettent d’avoir toujours plus de contenus.

Partager l'article :
Étiquettes: