AVIS MANGA : KINGDOM – TOME 1 & 2

Date de sortie : 15 septembre 2018 – Edition : Meian Edition – Prix : 13.50€

Synopsis :

Des millions d’années ont passé depuis l’époque des légendes, lorsque les hommes et les Dieux partageaient encore le même monde. En ce temps-là, ce furent les désirs des hommes qui changèrent le monde. C’est l’ère de la guerre de 500 ans : l’époque du conflit des états.

Kingdom est l’histoire d’un jeune garçon, Shin, grandissant à travers les épreuves et les massacres qu’il a traversés

Disponible en avant-première à la Japan Expo, Kingdom est un véritable phénomène au pays du soleil levant. 51 tomes sont déjà sortis, oui oui vous avez bien lu 51 tomes … et chacune des sorties trust les premières places des ventes avec des chiffres qui oscillent entre 400.000 et 500.000 ventes chaque première semaine. 3ème manga le plus vendu sur l’année écoulée derrière One Piece et SNK … Nous avons ici affaire à un gros gros joueur de la scène manga japonaise. Débuté en 2006 par Yasuhisa Hara, Kingdom a également été adapté en anime de deux saisons entre 2012 et 2014 et possède également une adaptation jeu vidéo sur PSP.

La venue de Kingdom en France a pris du temps, mais, soyez rassurés, à partir de septembre vous pourrez découvrir aux éditions Meian les deux premiers tomes de la série dans une superbe édition. 216 pages de bonheur protégées par une couverture magnifiquement illustré et sur laquelle trône un sublime Kingdom inscrit en surimpression et lettres d’or. Vous l’aurez compris, pour son arrivée sur l’hexagone Kingdom frappe fort. Tout jeune éditeur, Meian Edition, frappe ainsi un grand coup en ayant récupéré cette licence au nez et à la barbe des traditionnels éditeurs de gros succès nippons. Pour l’anecdote, sachez que l’adaptation française est la première version occidentale de manga. Cocorico donc, pour nous qui sommes privilégiés.

En quête de gloire

Comme moi vous avez aimé Bestiarius ? Alors vous allez adorer Kingdom.

Nous sommes en l’an 245 av. JC, Shin et Hyou sont deux orphelins qui rêvent de renommée et de changer leur destinée. Ils savent que cela ne passera que par leur volonté et leur talent. Pour y arriver, ils passent la totalité de leur temps libre à s’entrainer au combat et s’affrontent quotidiennement. Avec plus de 1.200 combats à leur actif, les deux jeunes garçons sont devenus de vrais experts du maniement de l’épée.

Alors qu’ils se défient pour la 1253ème fois les deux adolescents sont repérés par un des ministres de l’empereur Ei Sei.

Après avoir rencontré le « propriétaire » des enfants, le ministre demande à Hyou s’il est intéressé pour l’accompagner avec lui au palais. Enthousiaste à l’idée d’enfin changer de condition, l’orphelin n’hésite pas longtemps et accepte cette proposition.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[Attention spoil] Difficile de continuer à parler de ces deux premiers tomes sans spoils alors je vais me contenter de spoil le tome 1 pour vous préserver.

 

Révolution

Plusieurs mois se sont écoulés depuis le départ de Hyou. Shin, las de son ami, continue son train-train quotidien sans grand motivation. Un jour, alors qu’il se rend au village, il entend des discussions parlant d’un putsch au palais royal. Le frère du roi souhaite le renverser avec l’aide du chancelier Ketsu (équivalent du premier ministre) peu scrupuleux.

Bien aidés par l’armée qui s’est ralliée à leurs intérêts, les deux manipulateurs sont presque parvenus à leur fin puisqu’ils ont réussi à assassiner l’empereur… Enfin c’est ce qu’ils pensent.

Si Hyou a été recruté par le gouvernement ce n’est pas pour intégrer la garde personnelle du monarque, mais bien grâce à sa ressemblance avec ce dernier. Ressemblant traits pour traits avec Ei Sei, il n’était qu’un leurre en cas de rébellion. Malheureusement pour le jeune garçon, Sei Kyou a embauché les meilleurs assassins pour se débarrasser de son frère.


 

Dernier soupir

Blessé par un membre des « Brutes écarlates », un groupe d’assassins centenaires, Hyou parvient tout de même à se rendre vers son ami de toujours. Dans un dernier souffle, il lui indique une seule et unique chose : une destination …

Dans un premier temps, dévasté par la perte de son frère de cœur, Shin se ressaisit et décide de suivre les indications données.

Que peut-il bien y avoir de si important dans le village de Kokuhi pour que Hyou vienne jusqu’ici et missionner son ami ?

Je vous laisse le découvrir par vous-même J

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Note (/5)

J’avais beaucoup entendu parlé de Kingdom avant de lire ces premiers tomes. Et je dois dire que je ne suis pas déçu par leurs arrivées en France.

J’ai vraiment beaucoup apprécié ces deux tomes que j’ai dévoré. J’ai particulièrement aimé le décalage entre l’époque et la fidélité avec laquelle elle est représentée et les dialogues contemporains qui n’hésitent pas à utiliser de l’argot moderne. Nous sommes loin des codes de langage qui pouvaient être imposés à l’époque entre un roi et un servant.

Outre ce point, j’ai également trouvé les expressions faciales particulièrement réussies. Certaines pages pourraient même se passer de dialogues tellement les visages permettent de cerner l’émotion des personnages.

Enfin, le manga fait la part belle aux combats à l’épée et promet de voir de sublimes scènes d’actions quand nous serons en temps de guerre. J’ai hâte de voir l’avancée de l’histoire et admirer les factions s’opposer sur le champ de bataille.

Yasuhisa Hara maitrise à la perfection son sujet, et malgré une histoire basique parvient à entretenir l’intrigue sur la durée. Les petites pointes d’humour ci et là, les remises en question de Shin, la volonté de l’empereur de retrouver son trône … sont tant d’éléments parmi d’autres qui permettent de relancer le rythme régulièrement.

Enfin, pour l’occasion Meian Edition met les petits plats dans les grands avec la mise en place d’un abonnement qui vous permettra de recevoir dans votre boîte aux lettres 4 tomes tous les 2 mois ainsi que des ex-libris collector.

Une offre sympa pour ceux qui veulent bénéficier de goodies exclusifs sans avoir à courir en boutique pour avoir du stock.

Le succès de Kingdom est tel qu’en fonction du nombre d’abonnés l’éditeur fait également évoluer son offre. Ce qui permettra par exemple d’avoir un fourreau collector pour les concernés.

C’est ce qui s’appelle prendre soin de ses abonnés.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Partager l'article :