AVIS MANGA : GRIMOIRE OF ZERO – TOMES 1 & 2

Date de sortie : 19 janvier 2018 – Edition : Ototo Manga – Prix : 6.99€

Synopsis :

En l’an 526 du calendrier liturgique, la pratique de la sorcellerie reste interdite. Les sorcières sont ainsi chassées au nom de la justice à travers tout le royaume de Venius. Seul et méprisé par le reste de la population, un mercenaire mi-homme mi-bête rêve jour et nuit de briser la malédiction qui a fait de lui un être hybride depuis sa naissance… Sa rencontre avec une sorcière du nom de Zéro pourrait bien faire de ses rêves une réalité. Elle lui propose de le transformer en humain s’il accepte de l’escorter en tant que garde du corps dans sa recherche d’un livre magique qui serait capable de provoquer des ravages, voire la fin du monde. Commence alors la quête de cet atypique duo destiné à protéger les secrets de l’art de la magie afin de rassembler humains et sorcières !

Si vous me suivez régulièrement, que ce soit sur le blog ou les réseaux sociaux, vous devez savoir que je ne suis pas un grand fan de tout ce qui touche à l’univers de la sorcellerie ou de la magie. Que ce soit Black Clover, Soul Eater, ou même Charmed, je n’ai jamais trop réussi à accrocher à ce style de contenu. Je ne connaissais donc aucunement la licence Grimoire of Zero avant de commencer la lecture de ces deux premiers tomes.

Grimoire of Zero est à la base une light novel de Kakeru Kobashiri récompensée en 2013 par le grand prix du roman Dengeki. En 2015 (au Japon), la série est dans un premier temps adapté en manga par Takashi Iwasaki, pour un total de 6 volumes, puis en 2017 en animé par le studio White Fox et disponible chez nous grâce à la plateforme Wakanim. Plus de deux ans après sa sortie japonaise, Grimoire of Zero débarque enfin en France avec ces deux tomes, puis un troisième qui devrait sortir le 15 mars aux éditions Ototo Manga.

 

La chasse aux sorcières

Pendant longtemps les hommes et sorcières ont cohabité. En échange de remèdes et autres potions, les hommes remerciaient leurs sauveurs par des offrandes. Cependant comme toute cohabitation elle peut voler en éclat, surtout quand certains ont un intérêt certains à voir disparaitre une caste de la population. L’Eglise, les humains, les sorcières, les bestiaux … tant d’êtres vivants qui se font la guerre mutuellement et dont la plupart ignore la véritable raison.

C’est donc dans ce monde hostile que nous allons suivre les aventures de Zero, sorcière à l’apparence juvénile mais dont il faut se méfier. Elle est l’auteure d’un mystérieux grimoire que tout le monde cherche, notamment un sorcier maléfique nommé, ou plutôt numéroté Treize. Son ouvrage regorge de formule magique et serait en quelques sortes La Magie pour les Nuls de l’époque. D’après ses dires, grâce à ce grimoire seulement cinq années d’étude suffiraient pour maitriser les bases des sorts et des incantations magiques.

La tâche s’annonçant ardue, un garde du corps ne sera pas de trop. La chance lui sourit, puisqu’elle croisera par hasard la route d’un bestial mercenaire. Né de parents humains, il fait parti de ces enfants maudits qui naissent avec une apparence animale. Leur âme est humaine mais à cause d’une vieille malédiction, leur corps ne leur apporte que malheur et solitude. En échange de son aide, Zero promet de lui rendre forme humaine, ce qui suffit à convaincre notre valeureux guerriers de l’aider dans son périple.

 

Accompagné de ce mercenaire, Zero parviendra-t-elle à retrouver son grimoire ? La guerre entre sorcières et humains est-elle sur le point de toucher à sa fin ? Quels rôles jouent Treize et l’Eglise dans cette chasse aux sorcières ? Voici un tas de questions en suspens que Zero et son désormais dévoué serviteur vont tenter de répondre dans ce shonen mêlant habilement magie et investigation.

 

Note (/5)

Bien que je ne sois pas fan du genre, je dois avouer que Grimoire of Zero m’a convaincu. L’utilisation de la magie n’y est pas poussée à outrance et l’intrigue tourne davantage autour de la quête du grimoire. La magie n’est ici, et pour le moment, qu’un moyen de parvenir à leur fin. Très agréable découverte que ce manga donc, d’ailleurs, pour l’anecdote, en lisant les deux tomes et avant de faire quelques recherches dessus, je me disais qu’une adaptation en anime serait sympa. Le style, l’univers et le chara design sont très réussis et donnent envie d’en voir plus. Si j’ai le temps, je pense m’y attarder et donner sa chance à la série anime également.

 

Partager l'article :