AVIS MANGA : BACK STREET GIRLS – TOME 1

Date de sortie : 24 mai 2017 – Edition : Soleil – Prix de lancement : 7.99€

Synopsis : Pour les punir d’une faute, un chef yakuza décide de forcer trois de ses hommes à devenir un groupe d’idols. Kentaro, Ryôet Kazu vont alors devenir Chika, Maru et Airi, les Gokudolls ! Et même s’ils ressemblent dorénavant à des jeunes filles en fleurs, leurs âmes seront toujours celles de yakuzas, les hommes parmi les hommes, voués au gokudo ! Ou peut-être pas !?!… Faites du bruit pour les Gokudolls, le plus viril des groupes d’idols !

C’est donc avec ce teasing plein de promesses que Back Street Girls sort en librairie ce mercredi 24 mai 2017 aux éditions Soleil. Ce séduisant seinen de Jasmine Gyuh, notamment grâce à ce ton décalé,et assumé, parviendra-t-il à nous convaincre ? Réponse.

Copyright : ©Jasmine GYUH/Kodansha

Back Street Girls meilleures que les Spice Girls ?

Pour être honnête avec vous je ne sais trop quoi penser de ce premier tome. Que ce soit au niveau du contenu, de la trame principale et de la cible visée par ce manga … j’ai du mal à me positionner. Alors que j’étais plutôt enthousiaste et amusé par le pitch, j’ai eu la sensation d’être propulsé au milieu d’un shojo et d’être quelque peu trahi par la bande annonce.

Le principale problème de ce premier tome, à mon avis, est que l’action se concentre quasi uniquement sur la situation actuelle du trio d’ex-yakuzas. L’objectif de l’auteur est surement de nous mettre devant le fait accompli et de nous faire découvrir au fil de l’œuvre les raisons et les causes qui ont poussé le chef de la mafia local à forcer ses pauvres sbires à changer de sexe. Malheureusement, je n’ai pas été convaincu et suis resté sur ma faim. J’aurais préféré entrer un peu plus dans les détails de leur ancienne vie, quitte à avoir de plus nombreuses ellipses temporelles.

Malgré tout, tout n’est pas à jeter, de nombreux passages m’ont fait sourire et quel garçon ne s’est pas demandé ce que cela faisait d’être une femme ? La réponse à la question se retrouve sur quelques pages de ce premier tome, mais toujours de façon (trop) parsemée. Il manque pour moi cette partie initiatique, et logique, où les ex-tueurs, apprivoisent leurs nouveaux corps et le découvrent. On ressent ce sentiment de malaise, et qu’ils ne sont pas à leurs places dans cette nouvelle enveloppe mais tout est un peu trop facile.

Bande annonce et preview disponibles sur le site de Soleil.

En dépit de cette première impression plutôt mitigé, le fil rouge de ce manga me parait avoir un bon potentiel et je pense qu’il mérite d’avoir sa chance, mais plutôt lorsque deux, trois tomes seront déjà sorti et qu’il sera possible de se faire une idée plus globale.

Note /5 : 

Partager l'article :