AVIS MANWHA : TOWER OF GOD – TOME 1

Date de sortie : Juin 2021 – Edition : Ototo – Prix : 7,35€

N’étant pas un grand fan de lecture au format digital, voir débarquer certains Webtoon à succès en version papier est une très bonne chose. Déjà parce que cela me permet de décrocher de l’écran sur lequel je suis déjà toute la journée pour le boulot, et deuxièmement c’est toujours un plaisir d’enrichir sa mangathèque … ou plutôt manwhatèque dans ce cas précis, avec de nouvelles œuvres, surtout quand celles-ci sont de qualité. Après les fameux Batard et Solo Leveling, c’est au tour de Tower of God de se voir adapter au format papier chez Ototo Manga.

L'anime Tower of God débarque en avril 2020

Vous me connaissez maintenant et vous savez à quel point j’aime que les éditions soient faites avec soin, et bien c’est le cas avec cette adaptation. L’ensemble du tome est en couleur sur du papier de très bonne qualité, et, même si la cover ne possède pas de fourreau comme c’est en général le cas des mangas, la surimpression du titre et son aspect brillant lui permette de vraiment bien ressortir tout en mettant en avant le visage de Bam, notre héros. Petite surprise aussi … le poids déjà, le tome est beaucoup plus lourd qu’à l’accoutumé, mais surtout … la lecture se fait dans le sens occidental … et même si cela devrait paraitre plus naturel, j’avoue que tout cela m’a un peu surpris au début  … Depuis mes mangas pastel Dragon Ball et Dr Slump je ne crois pas en avoir eu d’autres se lisant comme ça.

 

Pour celles et ceux qui ne seraient pas au fait de cette série, Tower of God est dessiné et scénarisé par SIU et a été lancé 2010 en Corée du Sud sur la plateforme Naver et compte … 480 chapitres … de quoi nous occuper pendant quelques temps. L’édition papier disponible dans le commerce est donc éditée par Ototo et est calquée sur le modèle coréen dans lequel l’auteur n’hésite pas à faire des retouches … pour coller à ce nouveau format. Je trouve cette investissement tout à fait honorable venant de sa part. D’ailleurs, SIU est tellement investi dans cette tâche qu’il a du faire à de multiples reprises des petites retraites pour raison de santé, un mal bien connu par les mangaka japonais mais qui s’exporte apparemment aussi bien que leurs séries ☹

Tower of God s’inspire de plusieurs œuvres dans son pitch principal puisqu’il met en scène une tour (comme son nom l’indique) de 135 étages gigantesques qu’un jeune garçon prénommé Bam va tenter de gravir pour retrouver Rachel une jeune fille avec qui il s’est lié d’amitié. A l’instar de notre héros nous ne savons pas grand-chose sur cette mystérieuse tour et des tests qu’il faut franchir avec succès pour passer à l’étage suivant. Petite subtilité, si vous ne réussissez pas le test … vous mourrez. Simple mais efficace comme programme. Au fil de son aventure, l’auteur nous éduque sur cet univers et nous accompagnons ainsi Bam dans sa quête. Au cours de celle-ci il sera amené à rencontrer différents alliés et ennemis qui se mettront sur son chemin.

Malgré toute cette mythologie et cet univers qui nous sont encore inconnus, SIU parvient à nous accrocher dès le début de part des mises en situation très rapide et déjà sous pression. On ressent ainsi dès les premières pages les risques associées à cette ascension et la motivation du jeune garçon quant à retrouver Rachel. En plus de cette capacité de projection Tower of God se distingue par le fait que toutes les pages soient en couleur et l’auteur s’amuse ainsi avec les couleurs, la « qualité » du dessin … Si ce premier tome n’invente rien il a le mérite de prendre des mécaniques efficaces et les assemblent bien ensemble pour former un tout homogène avec un style vraiment particulier qui dénote de ce qu’on peut habituellement trouver en librairie.

Partager l'article :