AVIS MANGA : SLAM DUNK – TOMES 5 & 6

Date de sortie : 15 Novembre 2019 – Edition : Kana – Prix : 9.90€

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si Slam Dunk est un manga de sport (et de basket plus précisément), ce dernier ne se contente pas d’enchaîner les matchs tel une saison NBA. La vie des joueurs composant l’équipe, leurs doutes, leurs amours de jeunesse mais aussi les problèmes de gang font partie de leur quotidien. Et, c’est quelque chose que j’aime beaucoup dans le travail de Takehiko Inoue, son talent pour amener avec cohérence et au bon moment ces petits moments de vie quotidien d’un lycéen japonais.

Furyo Dunk

Avec les 4 premiers tomes, l’équipe de Shohoku commençait doucement mais surement à prendre ses marques mais, on ne pouvait que constater que certains éléments n’étaient pas au niveau, que ce soit sur le plan sportif et du charisme, que les 3 leaders que sont Sakuragi, Akagi et Rukawa. Avec ces cinquième et sixième tomes, Inoue va petit à petit dessiner le reste de son 5 majeur. Mais, alors que les nouvelles recrues auraient pu être des modèles d’intégrité à la Akagi, il s’avère qu’elles sont loin d’être aussi parfaite que le capitaine de l’équipe.

D’ailleurs, l’approche est d’autant plus intéressante que pendant la lecture de ces deux tomes j’ai vraiment eu l’impression de lire un autre manga, dans un style furyo pour être précis. Loin des clichés sportifs, il est ici question d’honneur et de vengeance. Une vraie histoire de yakuzas qui se réglera sur le parquet, et nous permettra au passage d’en savoir un peu plus sur certains protagonistes.

 

Malgré cet esprit furyo qui est omniprésent dans ces deux tomes, le récit de certains personnages n’en reste pas moins touchant. Action, empathie … et humour car n’oublions pas que le personnage principal reste ce bon vieux rouquin de Sakuragi… Et, bien qu’il ne soit pas au cœur des débats pendant ces deux tomes, ses interventions sont toujours aussi … impertinentes et loufoques pour notre plus grand plaisir.

602391_465627200197347_428403689_n

Note (/5)

Ce n’est un secret pour personne mais le mot « has been » ne fait pas partie du vocabulaire d’Inoue. C’est ce qui fait de cet auteur une référence encore aujourd’hui. Entre sa qualité de dessin totalement unique (pour avoir vu en vrai ses dessins originaux à l’expo manga de Londres c’est de la folie), et son sens scénaristique, le travail de Takehiko Inoue ne peut qu’être salué.

Ces deux tomes au style très différents des précédents sont une très belle surprise pour moi et suis ravi que l’auteur est opté pour ce changement brutal temporairement. L’idée est très bonne et rafraîchissante. Maintenant, place aux matchs et j’ai hâte de voir les prestations de l’équipe de Shohoku maintenant que le 5 majeur est en place !

Partager l'article :
Étiquettes: