LA REFERENCE MOTOCROSS DEBARQUE SUR NEXT GEN

Un mois après sa sortie sur … ancienne génération (ça fait encore bizarre de dire ça), MXGP2020 est donc désormais disponible sur PS5 et Xbox Series X|S, et, sera à jamais mon tout premier jeu boîte de cette génération. Une petite particularité qui fera de lui un titre particulier pour toujours… Malgré tout, outre ce lien qui nous liera indéfectiblement, le dernier né du studio Milestone s’impose comme la référence en terme de simulation de Motocross. Développeur de renom dans le domaine des jeux de driving, et, à l’instar de la série MotoGP,  le studio milanais fait de nouveau la part belle aux 2 roues .

L’atout, et la force principale de Milestone réside notamment dans sa capacité à transposer les sensations de conduite dans son gameplay et le handling de ses motos. Même si ce dernier est difficile à prendre en main, je dois avouer que j’ai du finir mes 5/6 premières courses à la dernière place avant de commencer à chopper le truc, il faut rendre à César la fidélité et la maniabilité de la conduite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Niveau contenu, on est sur quelque chose d’assez classique avec différents modes de jeu tels que les modes Carrière, Rapide, Playground, Editeur de circuits ou Multijoueur. Rien de bien original donc, mais surtout ce qui m’a le plus choqué c’est l’austérité et la pauvreté des menus. Je ne pensais pas qu’il était possible de faire pire que PES mais finalement … si. Fond blanc et (trop) épuré, texte en Tahoma taille 18 … Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais en passant à la next gen. Même si évidemment ce n’est pas le plus important, je dois avouer que je me suis retrouver un peu circonspect face à cette interface simpliste.

https://i0.wp.com/image.jeuxvideo.com/medias-sm/161062/1610620846-8365-capture-d-ecran.jpg?w=595&ssl=1

Passons aux modes de jeu, le mode Carrière est assez anecdotique puisqu’on ne fait qu’enchainer les courses et aucun simili scénario ou un minimum de narration n’est là pour accompagner notre aventure. Le gros plus pour moi réside dans le modes éditeurs de circuits où il est possible de laisser libre cours à son imagination et créer celui de nos rêves. L’autre mode que j’ai beaucoup aimé est le mode Playground, le bac à sable de MXGP 2020 plutôt rafraichissant avec son ambiance norvégienne et la possibilité de se balader en forêt tout en participant à différentes activités comme des défis ou des courses. Une bonne idée, qui pour moi, aurait dû être utiliser comme hub/menu principal et permettre de lancer les différents modes dont la carrière.

Je vous parlais en début d’article de mon onboarding qui fut assez laborieux, mais la courbe de progression est assez satisfaisante et rassurez-vous, il est possible de « simplifier » le gameplay en jouant sur les réglages et assistances. L’IA est également très réussi puisqu’elle propose un véritable challenge et n’hésitera pas à jouer des coudes pour finir devant vous. Autre élément qui permet d’améliorer l’immersion et le réalisme du titre la manette DualSense. Ayant joué, comme je vous le disais sur PS5, la manette est une, si ce n’est la nouveauté de la console de Sony, et il faut avouer que je suis agréablement surpris par l’utilisation que Milestone en a fait. Les vibrations sont précises et le ressenti arrive à être différent en fonction des surfaces sur lesquelles vous allez rouler. Les retours haptiques de la manette jouent également leur rôle avec cette notion de résistance plus ou moins importante.

Enfin, le roster est assez gigantesque puisque de nombreuses marques et modèles sont disponibles ainsi qu’une centaine d’objets cosmétiques licenciés du monde de la MX.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En conclusion, MXGP 2020 est, et reste la simulation absolue pour tous les fans de 2 roues qui voudraient jouer dans la boue. Les graphismes sont très réalistes, l’ambiance et le gameplay permettent une immersion immédiate malgré un premier cap de difficulté qui pourrait en effrayer certains.  Si le gameplay et l’expérience sont au rendez-vous, ce dernier n’est malheureusement pas mis en valeur, la faute à des modes de jeu assez simplistes et assez peu travaillés. Au final, ce titre ressemble plus à un titre de transition qui annonce de bonnes choses pour la suite avec des bases très solides pour la suite.

Partager l'article :