AVIS MANGA : DOPPELGANGER / CHAINSAW MAN – TOME 2

Avec ce confinement, la reprise du boulot, l’arrivée de la petite … J’ai pris tellement de retard … Et je viens de me rendre compte que Doppelganger et Chainsaw Man sortaient leur troisième tome cette semaine … Alors que je n’avais pas encore lu le deuxième ! Du coup, petite séance de rattrapage hier soir avec la lecture des tomes 2 de ces deux mangas édités chez Kazé.

 

Doppelganger

Commençons par Doppelganger, à l’instar de Tokyo Revengers, j’avais beaucoup aimé le côté saut dans le passé du protagoniste principal. Et s’il revient pour se sauver lui-même en tant que « personnage supplémentaire », Makoto n’est pas au bout de ses surprises car si son retour a déjà impacté le futur … il n’est pas le seul à voyager dans les couloirs du temps comme dirait un certain Godefroy … Malgré tous ses efforts, le Makoto-jeune reste le suspect idéal et chaque évènement ne cesse de le confondre en parfait coupable. Aucun alibi ne peut être fourni à la police … même quand il organise une soirée retrouvailles dans son atelier avec les (ex ?)futures victimes.

Loin de moi l’idée de vous spoiler ce thriller en 4 tomes, mais je trouve que la tournure que prennent les événements très intéressantes. Le fait que Makoto ne soit pas le seul à voyager dans le temps, que le coupable n’ait rien à perdre et qu’il arrive à lire clairement le jeu du jeune homme, sont autant d’éléments qui rendent l’intrigue captivante. On sent vraiment de la tension et le désarroi dans lequel se trouve le(s) personnage(s) de Makoto. Outre le principal intéressé, ce tome s’attarde également davantage sur les potentielles victimes et se permet même d’insinuer une certaine culpabilité chez certains !

Avec ces 3 tomes déjà disponible sur 4, Doppelganger sera une parfaite lecture pour cet été. Des dessins soignés qui transpirent l’émotion et la peur, une intrigue haletante et une petite dose de SF pour pimenter le tout.

Lire un extrait

 

 

Chainsaw Man

Toujours aussi déjanté … Alors que Denji vient à bout du démon chauve-souris, sa femme, le démon limace se joint au combat et est bien décidé à dévorer ce dernier ainsi que Power. Motivé, suite à la promesse de Powers de lui laisser la tripoter, Denji ne flanche pas et se dresse face à ce nouvel ennemi. Trop affaibli, il ne parvient plus à utiliser son pouvoir et est sauvé in extremis par Aki.

Une fois le couple démoniaque réduit à néant, Denji est envoyé pour un séjour express à l’hôpital … histoire de se faire recoller le bras qui lui a été arraché… Malgré cette petite égratignure, l’organisation ne perd pas de temps et décide de le renvoyer au combat dans un mystérieux hôtel. Peu enclin a se remettre au combat, Himeno le motive en lui promettant de l’embrasser avec la langue s’il se débarrasse du démon présent dans l’hôtel … Toujours aussi obstiné ce Denji !!

Drôle, sanglant, tranchant et un peu sexy, Chainsaw Man est plus régulier et soigné que Fire Punch du même auteur. On retrouve toujours ce côté foutraque, déjà présent dans son premier manga, mais cette fois Tatsuki Fujimoto va plus loin et le soin apporté au dessin semble plus abouti. Si le style de Fire Punch vous a rebuté, ce que je peux comprendre, sachez qu’ici les dessins sont beaucoup moins bordelique et fouillis. Il est ainsi plus facile de suivre l’action alors que FP nous perdait de temps en temps à cause du style de dessin. Personnellement, moi qui avais apprécié mais avait été lassé par FP de par son manque de régularité, je trouve que pour le moment (on est qu’à deux tomes me direz-vous) Chainsaw Man plus consistant même si le côté obsédé du sexe peut être lassant en fin de compte.

Lire un extrait

Partager l'article :