NBA 2K19 INDÉTRÔNABLE ?

Le retour du roi ?

Si le titre parait un peu provocateur, car la licence 2k n’a jamais vraiment laissé sa couronne vacante depuis bien longtemps, le moins que l’on puisse dire c’est que sa souveraineté vacille plus fréquemment qu’à l’accoutumée. Le dernier épisode (2k18) avait reçu un bon accueil de la presse, mais un vent de résolution commençait à gronder parmi les fans en manque de nouveauté et las de devoir monétiser à l’intérieur du jeu. Le mode Neighborhood avait aussi été une des raisons de la colère des joueurs. A l’instar du duel Fifa/PES, même s’il est encore loin de retrouver une place de prétendant solide, NBA Live rattrape petit à petit son retard et attire l’attention de plus en plus de joueurs. De là, à devenir calife à la place du calife ? Rien n’est moins sûr.

La mode aux modes

On ne peut pas dire que je sois un fan de basket, mais j’ai tout de même eu ma grosse période Lakers quand Kobe, Shaq, Malone et Payton faisaient partis du cinq majeurs de la cité des anges. Evidemment j’ai été baigné par les exploits de MJ, quel match contre les Monstars d’ailleurs … mais je suis plus #TeamFoot. Malgré tout j’aime les jeux de baskets et ai dû avoir une bonne dizaine d’itération depuis les années 2000, et notamment des NBA 2K ; le dernier en date étant le 2016. Depuis, entre le flow de jeux sortis chaque année, et les différentes contraintes budgétaire familiale (coucou le prêt immo) je me contentais de cette version vieillissante.

Cependant la version de cette année me semblait le moment opportun pour réactualiser tous les effectifs, même si cela impliquait un transfert de TP loin de San Antonio.

J’ai donc lancé NBA 2k19 avec énormément de bonnes intentions, et ce malgré mon faible niveau en défense… Mais … Je dois avouer qu’une fois ingame j’ai eu du mal à m’y retrouver. Je pense que pour les initiés les menus semblent clairs et assez explicites (comme les menus de Fifa le sont pour moi par exemple), mais là … j’ai mis quelques minutes avant de comprendre quoi faire, où cliquer…

Hall of game

Histoire de remettre la main au panier, j’ai commencé l’échauffement par une série de matchs amicaux, et quel plaisir de pouvoir jouer avec toutes ces équipes mythiques et voir tous ces membres du Hall Of Fame de nouveau fouler le parquet. MJ, Larry Bird, Muggsy Bogues, Scottie Pippen … toutes les grandes stars de la NBA sont là, et même l’équipe des Lakers dont je vous parlais plus haut et dont j’étais fan. De ce côté-là, 2K tient sa promesse de roi de la simu et nous permet de revivre des matchs de légende, comme des rencontres totalement WTF.

Une fois cette mise en bouche faite, je me suis tournée vers les différents modes de jeu … Mon MG, Ma Carrière, Ma Ligue … et j’en passe. Le jeu comprend un nombre incalculable de modes, tous paramétrable dans les moindres détails. De quoi ravir les fans du genre. Que vous souhaitiez jouer pivot ou être le MG de votre franchise. Vous pourrez faire tout cela dans 2K19.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Personnellement, j’ai testé le mode MG et sa promesse de franchise scénarisée et ai été beaucoup déçu. Beaucoup de bla bla (normal me direz-vous) mais pas de voice over, animation plutôt basique… Bref j’ai été un peu déçu de ce mode-là.

Le véritable intérêt pour moi a été le mode carrière, où vous jouerez le rôle d’un jeune aspirant n’étant pas retenu par la draft et se tournant vers la Chine pour mener à bien ses rêves de strass et de paillettes.

Outre cette carrière, j’ai également opté pour le mode ligue qui vous permet de définir tous les paramètres : jouer une saison ou plusieurs, draft officielle, nombre de matchs en saison régulière, en playoffs … c’est d’ailleurs ici que je passe la plupart de mon temps dans NBA 2K19.

Enfin, si le basket est au cœur du jeu, l’aspect négatif réside dans la monétisation qu’on nous met assez régulièrement en avant. C’est un des points que les joueurs avaient critiqué dans la précédente version et qui revient de nouveau ici, même si l’effet me semble moins prononcé. En tout cas, si comme moi vous ne souhaitez que faire du mode ligue cela ne devrait pas vous embêter très longtemps. Si par contre vous souhaitez optimiser votre joueur … cela sera plus dérangeant. Et, même si j’entends les critiques des joueurs, le principes est un peu le même dans le mode FUT d’un Fifa où la monétisation y est poussé à fond, mais cela fait partie du mode.

Note (/5)

Le jeu frôle la perfection mais malgré tout reste assez peu user friendly. Le gameplay, notamment en défense, laisse peu de place à l’erreur et vous aurez vite fait d’encaisser pléthore de paniers si vous ne progressez pas vite derrière. Difficile de s’y retrouver également tant les modes de jeu sont nombreux, mais c’est aussi une question d’habitude comme j’en parlais précédemment. Enfin, dernier point mitigé pour moi, la recherche de réalisme est tellement poussée que c’est peut-être trop. Quand on veut seulement faire une saison, et enchaîner les matchs sans avoir l’émission de TV, même si Big Shaq est là … Les parties prennent du réalisme mais le tout est très très lourd. Un match dure une éternité et pénalise presque le plaisir de jouer.

Malgré l’enrobage  trop conséquent pour moi joueur casu, les sensations de jeu sont excellentes et le réalisme des joueurs, actions, ambiance … sont bluffantes. Le titre ne révolutionne pas la série mais quand on frise déjà la perfection qu’est-il possible d’améliorer ? Les puristes et gros fans de NBA seront eux ravis de retrouver leurs effectifs à jour et un contenu toujours plus conséquent.

Partager l'article :