MotoGP 2020 : L’ELITE DU PILOTAGE

Alors je ne sais pas si c’est à cause du manque de sommeil dû à la récente naissance de mon deuxième enfant (mea culpa pour le retard du coup mais pas facile de taper cet article en direct de la maternité) mais que ce retour au guidon d’une moto GP a été difficile… Dans mes jeunes années adolescentes j’ai souvenir d’avoir possédé plusieurs jeux de moto, que ce soit GP, cross ou autres et dans mes souvenirs je n’étais pas si mauvais que ça mais là je trouve que cet opus est vraiment difficile à prendre en main.

Sekiro GP …

Concrètement, si vous voulez du fun instantané et que vous comptiez vous éclater sur MotoGP 20 … vous allez être déçu (comme moi). Avant même de lancer la première course, et conscient de mon niveau potentiel j’avais mis au plus simple la difficulté du jeu … mais même comme ça, la conduite reste très exigeante et élitiste si vous voulez mon avis. Qu’on rentre directement dans le vif du sujet en parlant du handling. Difficile de critiquer le jeu sur le gameplay, la maniabilité des motos est très réaliste et la conduite est très précise … mais peut être un peu trop justement. Pour maîtriser votre bécane il va falloir gérer à la fois les freins avant et arrière … chose qui n’est pas forcément très intuitive quand on commence le jeu. C’est ainsi que ma première course a été … très très compliquée. Chaque virage, chaque courbe, chaque trajectoire … je me suis retrouvé par terre …

Que ce fut compliqué de prendre en main ce jeu…

 

Il est d’ailleurs très dommage de voir MotoGP20 aussi difficile d’accès car la qualité du titre est clairement indéniable. Le mode carrière pour commencer qui est extrêmement fourni : signature de contrats, gestion des salariés, des salaires … en plus de vos courses à remporter … autant dire que votre emploi du temps risque d’être surchargé. D’ailleurs, moi qui aime les jeux de gestion, je trouve que la profondeur de ce mode est réellement impressionnante et pourrait presque mériter à elle seule un Moto GP Manager. A l’instar d’un Foot Manager, vous pouvez d’ailleurs décider de commencer au plus bas de l’échelle et espérer ainsi gravir les échelons un par un pour devenir le nouveau Valentino Rossi.

 

En parlant du Doctor, la transition est toute trouvée puisque je voulais vous parler de la richesse du catalogue de pilotes avec un nombre impressionnant de coureurs. On retrouvera tous les pilotes iconiques du Moto GP et même certains d’entre eux plusieurs fois à différents moments marquants de leur carrière. Petit bemol, je n’ai pas trouvé les français qui sont les rares que je connais comme Randy de Puniet, Olivier Jacque ou Regis Laconi.

Malgré ces absences, et de mon œil de débutant je trouve ce titre très réussi, si ce n’est pour la difficulté comme je vous le disais qui pourrait en rebuter un grand nombre. Même si le jeu se veut simulation à 100%, un ptit mode Noob GP serait le bienvenu. Evidemment, la force du jeu reste ses licences, que ce soit au niveau des pilotes, des écuries ou des circuits. L’interface est très simple d’accès et on se retrouve très facilement dans les menus principaux ou de la carrière. Enfin, dernier point fort de cet opus, l’IA ANNA qui est assez impressionnante en ce qui concerne la simulation du comportement des IA. Ce dernier parait très réaliste, que ce soit au niveau du dépassement, de la gestion des virages … Les IA font même des erreurs de pilotage de temps en temps… C’est peut être anecdotique mais assez rare pour être signalé, là où la plupart des jeux de conduite ont des IA qui se contentent de suivre un tracée.

Pour résumer en quelques mots MotoGP 2020, ce jeu est clairement ce qui se fait de mieux en terme de simulation de motocyclette … mais la prise en main est très compliquée et trop élitiste à mon goût. Dommage, car je ne me vois pas y jouer très longtemps à cause de ça.

 

Partager l'article :
Étiquettes: